terrasse


terrasse

terrasse [ teras ] n. f.
XIIe var. terrace « sol; torchis »; de terre
I(1380) Techn. Surface d'un socle plat; ce socle. Terrasse d'une statue, d'une pièce d'argenterie. II(1295; terrace 1165; a. provenç. terrassa, de terra) Cour.
1Levée de terre formant plateforme, ordinairement soutenue par de la maçonnerie. Les terrasses d'un jardin, d'un parc. « Une superposition de terrasses » (Gautier). Balustrade, parapet d'une terrasse. Terrasse devant une maison.
Cultures en terrasses : dans les terrains en pente, cultures en étages, soutenues par de petits murs. Rizières en terrasses.
Par ext. Terrain, espace en gradins. Terrasse fluviale : fond de vallée entaillé par une rivière.
2Plateforme en plein air d'un étage de maison en retrait sur l'étage inférieur. Appartement au 5e étage avec terrasse. Par ext. Balcon en saillie de grandes dimensions. Toiture plate, accessible, parfois aménagée. Terrasse avec piscine. Toiture en terrasse, plate.
3(1883) Emplacement sur le trottoir, où l'on dispose des tables et des chaises pour les consommateurs, devant un café, un restaurant. Terrasse en plein air; couverte l'hiver. « on est allés boire un pot à la terrasse du Select » (Perec).
IIIMétier, travail de terrassier. « Ouvrier tourneur, il était devenu terrassier depuis la crise et se plaisait mieux maintenant dans la terrasse qu'à l'usine » (G. Navel).

terrasse nom féminin (de terre) Terre-plein d'une levée de terre réalisée pour mettre de niveau (horizontal) un terrain en pente, généralement maintenue par un mur de soutènement et bordée par un garde-corps. Dans les immeubles présentant des décrochements en hauteur, toute surface à l'air libre aménagée devant un appartement ou autre local, au-dessus d'un local inférieur. Partie du trottoir longeant un café, et où sont disposés des tables et des sièges pour les consommateurs. Bâtiment Synonyme de toiture-terrasse. (On dit aussi terrasse de couverture.) Carrières Veine plus tendre ou remplie de glaise dans une pierre, un marbre. Orfèvrerie Socle plat de certaines pièces d'orfèvrerie. Sculpture Partie supérieure de la base d'une ronde-bosse, notamment lorsqu'elle imite un sol (roche, herbe, dallage, etc.). ● terrasse (expressions) nom féminin (de terre) Cultures en terrasses, champs aménagés sur des versants découpés en paliers au moyen de murettes de pierres sèches ou maçonnées. (Les terrasses résultent de la succession de phases de creusement et de remblaiement d'un cours d'eau.) ● terrasse (synonymes) nom féminin (de terre)
Synonymes :
- Bâtiment. toiture-terrasse

terrasse
n. f.
d1./d Levée de terre, ordinairement soutenue par de la maçonnerie, formant une plate-forme destinée à la promenade et au plaisir de la vue.
|| Cultures en terrasses, sur des retenues de terre s'étageant par degrés à flanc de colline, de montagne. Rizières en terrasses.
d2./d GEOGR Dans une vallée fluviale, nappe alluviale horizontale dans laquelle le cours d'eau s'est encaissé par suite d'une modification de son profil d'équilibre.
d3./d Toiture horizontale.
|| Plate-forme en retrait de façade par rapport à l'étage inférieur, dans un immeuble.
|| Grand balcon.
d4./d Partie du trottoir devant un café, où sont disposées des tables et des chaises. Prendre un café à la terrasse.

⇒TERRASSE, subst. fém.
A. — 1. Terre-plein aménagé pour l'agrément, souvent dans un terrain en pente, dont les parties verticales sont généralement maintenues par de la maçonnerie. Aux Tuileries, tout le long de la terrasse de l'Orangerie, au bout des ficelles, la montée et la descente de gourdes en fer-blanc, que remplissent sur le quai des garçons de marchand de vin (GONCOURT, Journal, 1870, p. 620). M. Lemeunier de Fontevrault avait ménagé sous les pins une terrasse longue d'une demie-lieue, qu'ornait à main droite une balustrade dominant ces jardins en pelouses et en bassins (BOYLESVE, Leçon d'amour, 1902, p. 124).
SYNT. Dalles, gravier, sable, terre battue, balustrade, parapet, rampe, mur de soutènement/d'appui d'une terrasse; parterres d'une terrasse; terrasse ornée de statues, de massifs de fleurs, (plantée) de fleurs, d'orangers, de marronniers; la terrasse de Saint-Germain; les terrasses du Luxembourg, des jardins de Versailles.
Loc. adv. ou adj. En terrasse. Esplanade, jardin aménagé(e), élevé(e) en terrasse. Ma grand'mère occupait (...) une maison dont les jardins descendaient en terrasse sur un vallon (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 35). Ils pénétrèrent par en haut dans le petit square en terrasse, aménagé devant le porche de l'église Saint-Vincent-de-Paul (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 316).
2. AGRIC. Palier aménagé sur un versant pour en permettre la culture. Terrasses de culture; terrasses étagées; terrasses de vignes, d'oliviers. Je voyais au loin des rustauds Grouillant, de terrasse en terrasse, Qui vendangeaient sur les coteaux (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 95). Ces centaines d'étroites terrasses cultivées qui montent à l'assaut des collines. Cette pente verte, striée parallèlement par tous ces traits crayeux que font les petits murets de pierres sèches (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 952).
Loc. adv. ou adj. En terrasse. Champ, verger en terrasse(s); cultures en terrasses. Un cirque accueillant, tout cultivé, aménagé en terrasses pour les mûriers (BARRÈS, Cahiers, t. 11, 1914, p. 14). Dans le cas très fréquent des cultures en terrasse, la terre elle-même doit être rapportée à bras (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p. 147). V. muret ex. de Nizan.
3. GÉOMORPHOL. Replat d'un versant formé par l'érosion, par les fluctuations du niveau d'un fleuve, de la mer, d'un lac. Terrasse fluviale, étagée, en gradins; terrasse de remblaiement. On voit par les terrasses de galets et de graviers qui s'étagent au-dessus du niveau actuel de la vallée, le résultat de déplacements et creusements successifs (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 363). Nous nous trouvâmes enfin hors de danger, sur une espèce de terrasse basaltique qui dominait d'une cinquantaine de mètres le couloir de l'oued où nous avions failli rester (BENOIT, Atlant., 1919, p. 81). V. fluviatile A ex. de Hist. gén. sc.
4. Travaux de terrassement. L'ingénieur qui nous dirigeait nous fit élever un cavalier gazonné (...). Ces terrasses allaient lentement, car nous étions tous, officiers jeunes et vieux, peu accoutumés à remuer la pelle et la pioche (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 402). [Les] kommandos de terrasse et de carrière, (...) furent avec les kommandos d'usines, métallurgiques ou chimiques, les véritables bagnes de la captivité (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 65).
5. ,,Métier de terrassier`` (NAVEL, Travaux, 1945, p. 168).
B. — 1. ARCHIT. Dans une habitation ou un édifice dont un niveau est en retrait par rapport au niveau inférieur, plate-forme en plein air formée par le toit de niveau inférieur; comble plat sur lequel on peut se tenir; espace découvert, maçonné, attenant à un édifice, surélevé par rapport au niveau du sol. Je le surpris méditant devant les soubassements percés d'arcades de l'hôtel, examinant de son œil inquiet et jaunâtre l'entablement des colonnades que surmontent des terrasses à l'italienne (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 225):
C'est parce qu'il pleut, en effet, que ces toits ici s'inclinent, que ces théâtres se couvrent (...). Dans les sables brûlants, il n'y avait ni toits, ni tuiles, mais des terrasses planes pour goûter la fraîcheur des soirs.
FAURE, Espr. formes, 1927, p. 72.
Loc. adj. En terrasse. Couverture, toiture en terrasse. [Mojacar] est bâtie sur une colline en cône tronqué qu'elle recouvre entièrement de ses maisons toutes semblables par leur forme cubique et leur toit en terrasse (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p. 84).
2. Espace en plein air (partie de trottoir ou de place) situé devant un café ou un restaurant, où sont disposées des tables et des chaises pour les consommateurs. Ce sont les gens du Nord, les climats pénibles qui ont inventé le « home », l'intimité du cercle de famille auquel la Provence et l'Italie préfèrent les terrasses des glaciers, le bruit et l'agitation de la rue (A. DAUDET, N. Roumestan, 1881, p. 98). Il alla prendre l'apéritif à un petit café dont la tranquille terrasse s'articulait à l'angle de deux rues (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 211).
P. méton. Mobilier destiné à cet espace. Lecouvreur, sentant les chaleurs proches, décide de « sortir la terrasse »: quatre tables rondes et huit chaises de jardin, qu'on aligne sur le trottoir, sous un grand store où on lit en lettres rouges: hôtel-vins-liqueurs (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 73).
C. — Spécialement
1. HÉRALD. ,,Nom de la champagne lorsqu'elle est délimitée par une ligne sinueuse ou courbe`` (PAST. Hérald. 1979). V. terrassé rem. infra ex. de L'Hist. et ses méth.
2. ARTS ET TECHN.
a) Socle plat qui supporte une figure; surface de ce socle. On remarquera le soin avec lequel est dessinée la terrasse servant à supporter ce petit groupe [un cavalier et son cheval]; l'artisan a pris soin de la découper de manière à représenter un double ornement quadrilobé, sur lequel reposent les pieds du cheval (D'ALLEMAGNE, Hist. jouets, 1902, p. 164).
b) Taille d'une pierre précieuse en rectangle. Quand elle n'est pas présentée en cabochon, l'émeraude se taille très simplement en table et en terrasse (METTA, Pierres préc., 1960, p. 81).
REM. 1. Terrasse-, -terrasse, élém. de compos. a) [Corresp. à supra A 1] ) Allée-terrasse, subst. fém. Ce parc en espalier, cette longue allée-terrasse en plein midi, cette allée péripatéticienne, en font un vrai logis d'homme de lettres (GONCOURT, Journal, 1880, p. 68). ) Appartement-terrasse, subst. masc. À Antibes, joli port de Côte d'Azur votre appartement-terrasse dans un grand jardin avec vue sur la mer et les collines (L'Express, 12 juin 1978, p. 69, col. 1). b) [Corresp. à supra B 1] ) Balcon-terrasse, subst. masc. Au fond de la plaza, les façades rythmées par l'alternance des balcons-terrasses et des pans entièrement lattés s'harmonisent aux Alpes avec légèreté (Le Point, 11 déc. 1978, p. 37, col. 3). ) Perron-terrasse, subst. masc. Trois marches (...) menaient à un perron-terrasse meublé d'orangers en caisses et de sièges d'osier (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 127). ) Terrasse-balcon, subst. fém. La Société nationale d'Horticulture de France inaugurera à la rentrée des cours réservés aux amateurs de vergers, de gazons, de rosiers, de terrasses-balcons (Le Nouvel Observateur, 13 août 1979, p. 5, col. 2). ) Terrasse-véranda, subst. fém. Nous nous sommes établis tous deux dans deux cabanes en osier, sous la terrasse-véranda (GONCOURT, Journal, 1892, p. 287). ) Toit-terrasse, subst. masc. [L']immeuble de la rue Franklin (1903) est le premier ouvrage qui codifie les principes d'une technique nouvelle (ossature portante, murs portés, toit-terrasse) (Arts et litt., 1936, p. 10-3). 2. Terrassé, -ée, adj. a) Hérald. [Corresp. à supra C 1] Terrassé. Se dit des plantes ou des arbres qui croissent sur une terrasse (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 765). b) [Corresp. à supra A 3] En terrasse. Au-dessus du portail civique, le mur se dressait lourdement. Au sommet terrassé se tenait une multitude toute rouge du soir (VILLIERS DE l'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 165). 3. Terrassette, subst. fém., géomorphol. Petit gradin d'un versant raide, dû à des glissements de terrain fractionnés. Terrassettes de décollement. Sur des versants raides, la solifluction crée de petits gradins discontinus suivant à peu près les courbes de niveau. Dans les régions humides, la formation de ces terrassettes semble favorisée par le piétement du bétail (Encyclop. univ. t. 11 1971, p. 346, s.v. morphogénique). 4. Terrasseux, -euse, adj. Qui présente des creux. Au point de vue défectuosités, on appelle:marbre fier, celui qui par sa dureté résiste à l'outil (...). Terrasseux, celui qui a des fissures plus grandes, vides ou remplies de substances terreuses auxquelles on est obligé de substituer du mastic (BOURDE, Trav. publ., 1928, p. 87). 5. Terrasson, subst. masc. a) Petite terrasse. (Dict. XIXe et XXe s.). b) Archit. Versant supérieur d'un comble à la Mansart. Dans les combles brisés la toiture à deux égouts, au lieu de deux plans inclinés, en comporte quatre. On appelle (...) terrasson la partie supérieure plus plate (GUADET, Archit., t. 1, 1901-04, p. 441).
Prononc. et Orth.:[], [te-]. Homon. terrasse (de terrasser). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Ca 1165 terrace « torchis, boue » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 23095) — XVIe s. ds HUG.: terrasse; subsiste dans des empl. spéc. 1. 1694 (CORNEILLE: Les Marbriers appellent Terrasse de marbre, Un tendre qui se trouve dans les marbres, comme le bousin dans les pierres); 2. 1752 (Trév.: Terrasse. Terme de Lapidaire. Il se dit, dans une pierre, de quelques parties qui ne peuvent recevoir le poliment). B. 1. a) Ca 1260 fortif. terrace « plate-forme aménagée » (Ménestrel de Reims, 384 ds T.-L.); b) 1295 archit. (Cart. de Montieramey, B.N. 1. 5432, f° 90 v° ds GDF. Compl.); 1690 en terrasse « en forme de terrasse » (FUR.); c) 1883 terrasse « partie en plein air d'un établissement public » (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, p. 231); 2. a) 1835 travaux de terrasse « ceux que l'on fait en remuant la terre » (Ac.); b) 1945 terrasse « métier de terrassier » (NAVEL, loc. cit.); 3. a) 1380 terrasse « surface du socle sur lequel repose un objet » (Inv. de Ch. V, n° 263 ds GDF. Compl.); b) 1621 peint. « premier plan d'un paysage » (E. BINET, Essay des Merveilles de Nature, p. 199); c) 1777 hérald. « pointe de l'ecu faite en forme de champ plein d'herbe » (Encyclop. Suppl. t. 4; cf. déjà l'adj. terrassé en 1765 Encyclop. t. 16); 4. 1853 géogr. (A. JOANNE, Itinéraire descriptif et historique de la Suisse, p. 377 ds QUEM. DDL t. 27). Dér. de terre peut-être sous l'infl. de l'a. prov. terrassa « surface plane dans une construction » fin XIIIe s. [ms. XIVe s.] (Vie de Ste Douceline, éd. J.-H. Albanés, p. 4,3), lui-même dér. du lat. terra, v. terre. Fréq. abs. littér.:2 659. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2 730, b) 4 159; XXe s.: a) 4 466, b) 4 062. Bbg. QUEM. DDL t. 27; 20 (s.v. terrassette).

terrasse [tɛʀas] n. f.
ÉTYM. XIIe; terrace « sol, torchis, terre à foulon », en anc. franç.; dér. de terre; de terra « terre ».
———
I Sens spéciaux issus de l'ancien français.
1 Blason. Sol figuré dans la pointe de l'écu, représenté avec des ondulations, des inégalités (collines, montagnes), à la différence de la champagne.
tableau Termes de blason.
2 (1380, in Godefroy). Arts. Surface d'un socle plat; ce socle. || Terrasse d'une statue, d'une pièce d'argenterie.Peint. Représentation du sol; partie la plus proche d'un paysage.
3 Techn. Surface d'un bloc de marbre, d'une pierre précieuse qui ne prend pas le poli.
———
II (1295; terrace, 1165; anc. provençal terrassa, de terra). Cour.
1 Levée de terre formant plate-forme, ordinairement soutenue par de la maçonnerie. || Les terrasses d'un jardin, d'un parc. || Arbres d'une terrasse (→ Promenade, cit. 1). || Une superposition de terrasses (→ Flore, cit. 2). || Terrasse élevée, qui porte un belvédère, un kiosque. || Sur la terrasse (→ Humer, cit. 4). || Mur, parapet (cit. 2) d'une terrasse (→ Couvert, cit. 11). || Balustrade qui orne une terrasse. || Sol d'une terrasse, en terre naturelle; cimenté, dallé.Contreforts, soutiens d'une terrasse (murs, murets). || Terrasse contre-murée, muraillée.
1 Ce reste des fondations du temple sert de plus à former une sorte de terrasse qui retient la terre végétale nécessaire aux cultures (…)
Nerval, Voyage en Orient, Introd., XVI.
2 (…) il y avait au fond une terrasse sablée à laquelle on montait par des marches en pierre, avec un grand vase de terre cuite classiquement bête de chaque côté (…)
G. Sand, Histoire de ma vie, II, XI.
3 — (…) Le privilège des grands, c'est de voir les catastrophes d'une terrasse.
Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, II, 13.
Cultures en terrasses : dans les terrains en pente, Cultures sur des terrasses horizontales en étages, soutenues par de petits murs.
Levée de terre naturelle; (géogr.) terrain, espace en gradins (qui, à la différence du plateau, n'est en surplomb que d'un côté). || Terrasse fluviale : fond de vallée entaillé par une rivière. || Surface, bord, talus d'une terrasse. || Terrasses en gradins, étagées (escaliers de terrasses). || Terrasses rocheuses (d'érosion), construites (d'accumulation). || Terrasses de méandres. || Terrasses parallèles, concordantes; discordantes (divergentes ou convergentes).Terrasse structurale, formée, comme les banquettes, par une couche dure sous-jacente dénudée (dans une structure tabulaire alternée).
Alpin. Large replat horizontal.
2 Archit. Plate-forme aménagée à l'un des étages d'une maison, d'une construction (sans faire saillie, à la différence du balcon); couverture, toiture plate et accessible, parfois aménagée. || Porte-fenêtre donnant sur une terrasse. || Toiture en terrasse, plate. || Toit en terrasse, ou, absolt, terrasse. || Comble plat supportant une terrasse. || Terrasse avec piscine.
4 Un jardin étroit, enclos de palissades en lierre, entoure le bâtiment à trois étages, tout en terrasses comme un sanatorium, où les lits des enfants malades sont exposés au soleil.
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 122.
Balcon en saillie de grandes dimensions ( Méniane).
3 (1883, Villiers de L'Isle-Adam; → Flâneur, cit. 2). Partie en plein air d'un établissement public, café ou restaurant. Spécialt. Emplacement sur le trottoir d'une voie publique, où l'on dispose des tables et des chaises pour les consommateurs, devant un café (→ Cirer, cit. 1; pinard, cit. 2). || Aux terrasses des cafés. || Terrasse en plein air; couverte l'hiver.
5 (La rue) est de plain-pied avec les cafés comme le prouve l'usage de la « terrasse » que ceux-ci poussent sur le trottoir aux beaux jours.
Sartre, Situations III, p. 107.
———
III Métier de terrassier.
6 Ouvrier tourneur, il était devenu terrassier depuis la crise et se plaisait mieux maintenant dans la terrasse qu'à l'usine (…) Les terrassiers, eux, sont fiers de leur métier. Ils aiment faire voir qu'ils sont de la terrasse.
Navel, Travaux, p. 168.
DÉR. Terrasser, terrasseux, terrasson.
COMP. Contre-terrasse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • terrasse — 1. (tèr ra s ) s. f. 1°   Levée de terre ordinairement soutenue par de la maçonnerie, pour la promenade ou pour la vue. •   Votre terrasse doit être une fort belle chose ; je suis souvent avec vous tous, et mon imagination sait bien où vous… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • terrasse — Terrasse. s. f. Levée de terre dans un jardin, dans un parc, faite de main d homme pour la commodité de la promenade, & pour le plaisir de la veuë. Une terrasse de trente toises de large sur deux cent toises de long. une terrasse qui a belle veuë …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Terrasse — (aus frz. terrasse, dies aus altfrz. terrace ‚Erdanhäufung‘, Ableitung von lat.: terra ‚Erde‘) steht für: Terrasse (Architektur), eine offene Plattform für den Aufenthalt im Freien Terrasse (Geologie), eine ursprünglich durch einen Fluss oder… …   Deutsch Wikipedia

  • Terrasse — Sf std. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. terrasse (ursprünglich Erdaufhäufung ), dieses geht zurück auf vor rom. * terracea, ein Kollektivum zu l. terra Erde .    Ebenso nndl. terras, ne. terrace, nfrz. terrasse, nschw. terrass, nnorw.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Terrasse — [Wichtig (Rating 3200 5600)] Auch: • Häuserreihe • Veranda Bsp.: • Wir haben eine schicke neue Terrasse. • Ihr Haus ist am Ende der Häuserreihe. • Hat dein Haus eine Terrasse? …   Deutsch Wörterbuch

  • Terrasse [3] — Terrasse, Ritterorden der T. (Ordre du Pavillon), gestiftet 1716 für den Dauphin (nachmaligen König Ludwig XV.), zur Auszeichnung der jungen Cavaliere von dessen Umgebung. Ordenszeichen: goldene Medaille, mit dem Bild der Terrasse der Tuilerien;… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • terrassé — terrassé, ée (tè ra sé, sée) part. passé de terrasser. Jeté à terre. •   Un lion d immense stature Par un seul homme terrassé, LA FONT. Fabl. III, 10.    Fig. •   Toute son audace a paru terrassée, RAC. Athal. II, 2.    Terme de blason. Se dit d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Terrasse — »Stufe, Absatz; stufenförmige Erderhöhung; nicht überdachter Austritt am Erdgeschoss eines Gebäudes«: Das Fremdwort wurde am Anfang des 18. Jh.s aus gleichbed. frz. terrasse entlehnt. Das frz. Wort selbst beruht auf einem nicht bezeugten… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Terrasse [1] — Terrasse (v. fr., spr. Täraß), 1) an den schiefen Flächen der Berge u. Hügel wagerecht hergestellte Ebenen, welche wie Stockwerke über einander stehen. Der obere Theil jeder Stufe bildet eine horizontale od. nur wenig geneigte Fläche, der untere… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Terrasse [2] — Terrasse, 1) T. von Mähren u. Nordösterreich, eine waldreiche Hochfläche zwischen Böhmen, der Donau, den Karpaten u. dem Schlesisch Mährischen Gebirge, erreicht in seinem höchsten Theil, dem Mährischen Gebirge, im Jägerberge 3608 rhein. Fuß Höhe; …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.